Conservation-Restauration-Nettoyage

La Manufacture royale De Wit a été fondée en 1889.

Dans la lignée, Yvan Maes De Wit, son responsable actuel, représente la quatrième génération de lissiers-restaurateurs.

La Manufacture est aujourd'hui le premier restaurateur de tapisseries dans le monde pour les musées et l'un des premiers pour la clientèle particulière.

Le succès international de la Manufacture royale De Wit s'explique par :

  • -les références inégalées qu'elle a à son actif après avoir traité les tapisseries les plus prestigieuses et les plus délicates dans le monde
  • -la technologie de pointe qu'elle maîtrise après avoir elle-même contribué au progrès des techniques de conservation de tapisseries
  • -l' infrastructure unique dont elle dispose et grâce à laquelle tous les aspects relatifs au traitement des tapisseries anciennes sont pris en charge dans le même atelier

Références internationales de la Manufacture Royale De Wit

Consultez :

L'avance tehnologique et l'infrastructure de la Manufacture Royale De Wit

Consultez :

L'avance technologique et l'infrastructure de la Manufacture De Wit

1 Historique de la recherche et de l'innovation technique à la Manufacture royale De Wit

Que ce soit dans le domaine du nettoyage (par aspiration d'aérosol), de la conservation (technique de conservation-intégration), du doublage (sur une table spécialement conçue), de l'accrochage (système de suspension à multi-poulies), du stockage (système de rouleaux en acier galvanisé), la Manufacture royale De Wit est considérée dans de nombreux pays comme l'atelier privé qui, durant ces dernières 25 années, a le plus contribué au progrès des techniques de conservation des tapisseries.

Restant constamment à la pointe de la recherche, la Manufacture royale De Wit offre à ses clients la technologie la plus avancée et la plus recommandée par les conservateurs qui font autorité dans le domaine au niveau international.

1980 Nouvelles méthodes de conservation (voir 2.3)

- Dès 1980, la Manufacture royale De Wit a été le premier grand atelier privé à faire appel à des techniques de conservation modernes, abandonnant le « repiquage traditionnel » utilisé à l'époque dans tous les autres grands ateliers privés. Les nouvelles techniques reposent sur des méthodes d'intervention légères et non intrusives, mettant l'accent sur la conservation au dépens du traitement visuel de la lacune (voir liste de publications : Musée Gruuthuse, Bruges, 1982).

Dès l'année 1985, ces nouvelles techniques originales ont été utilisées sur des tapisseries traitées pour les Monuments Historiques de France. Une de ces restaurations fera l'objet, en 1987, d'une publication scientifique publiée par « The Getty Conservation Institute », Los Angeles, en collaboration avec l'IRPA (Institut Royal du Patrimoine Artistique), Bruxelles (voir liste de publications).

1987 Nouveau système de doublage (voir 2.5)

- En 1987, la Manufacture royale De Wit a mis au point un système de doublage sur une table originale spécialement conçue pour cette opération. Ce système apporte un progrès considérable au niveau de l'innocuité, de la précision et enfin de l'efficacité du doublage des tapisseries.

Ce système de doublage a été repris par des ateliers en Allemagne, dont par exemple celui du Bayerisches Nationalmuseum de Munich. De plus, il a été sélectionné pour le doublage de tentures parmi les plus prestigieuses dans le monde (dont par exemple la tenture de dix pièces de « L'Histoire de David et Bethsabée » du Musée national de la Renaissance au château d'Ecouen).

1990 Système de conservation-intégration (voir 2.4)

- En 1990, la Manufacture a perfectionné son système de conservation-intégration et l'a appliqué à des tapisseries parmi les plus prestigieuses dans le monde (« Paños de Oro » et « Los Honores » du Patrimonio Nacional d'Espagne). Ce système sera publié en 1993 dans « Tissus d'Or » et en 2000 dans « Los Honores, tapisseries tissées pour Charles Quint » (voir liste des publications).

1990-1995 Nouvelles salles séparées pour chaque traitement spécifique (voir 2.8)

- Dès le début des années 90, la Manufacture a été le premier atelier à disposer de locaux séparés conçus spécifiquement pour chaque étape du traitement de conservation des tapisseries : salle de mise en quarantaine et de traitement pour tapisseries sales, salle de coffre-fort avec rouleaux en aluminium, salle noire pour la prise de photos, atelier de teinture spécialisé (laine-soie-lin-coton), salle de doublage et enfin un espace de décontamination.

1991 Nouveau système de nettoyage par aspiration d'aérosol (voir 2.2)

En 1991, Yvan Maes De Wit a déposé un brevet pour un procédé de « nettoyage de tissus par aspiration d'aérosol ». Ce système va rapidement connaître un très grand succès international et sera dorénavant le seul système de nettoyage agréé dans des pays comme l'Allemagne, les Pays-Bas, la Suisse, l'Autriche, les pays nordiques, des pays souvent considérés comme à la pointe de la conservation textile. Ce système connaîtra également un grand succès en France, en Italie, en Espagne, en Angleterre et aux États-Unis où les plus grandes collections confient leurs pièces les plus précieuses à la Manufacture royale De Wit, généralement sans demander d'offres concurrentes (voir liste de références).

2005 Nouveau procédé original d'accrochage et de soulèvement (voir 2.6)

- En 2005, Yvan Maes De Wit a déposé un brevet pour un procédé original d'accrochage et de soulèvement de tissus. Ce système sera sélectionné pour l'accrochage de la plus importante série de tapisseries (tissée après 1 400) conservée en France, la tenture de « L'Histoire de David et Bethsabée » du Musée National de la Renaissance au Château d'Ecouen et d'un grand nombre d'autres tapisseries en Europe.

2005 Nouveau procédé original de stockage pour tissus sur rouleaux en acier galvanisé (voir 2.7)

- En 2005, Yvan Maes De Wit a déposé un brevet pour un procédé original de rouleaux de stockage pour tissus en acier galvanisé enrobé d'un manteau en mousse de polyéthylène. Ce système a été sélectionné, en accord avec le LRMH (Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques de France) pour les réserves du château de Chambord (75 tap.)et du Château d'Angers (120 tap.), deux des plus grandes réserves de tapisseries de France.

2 Le nettoyage de tissus par aspiration d'aérosol de la Manufacture royale De Wit

La méthode :

Le tissu est mis à plat sur une table aspirante qui l'immobilise entièrement et de façon ininterrompue. Un nuage de vapeur d'eau, additionné d'un détergent dans une très faible proportion (0.5 pour mille), est produit au-dessus de la totalité du tissu en même temps et est aspiré au travers de celui-ci.

Ce système a été breveté en 1991.

Les avantages comparatifs :

Tout à fait exclusifs à cette technique, les principaux avantages comparatifs sont les suivants :

1 Maîtrise des risques de coulées de couleurs instables

Les coulées de couleurs instables au lavage sont le cauchemar des restaurateurs de tissus anciens. Un des avantages décisifs de la méthode de nettoyage par aspiration d'aérosol de la Manufacture royale De Wit est d'empêcher les coulées latérales de couleurs instables. Plus de quinze années d'expérience sans coulées latérales de couleurs instables nous permettent d'affirmer que c'est précisément le caractère ininterrompu de l'aspiration, conjugué avec la production d'un aérosol à très faible proportion d'eau, qui permettent d'atteindre cette maîtrise tout à fait exclusive.

2 Réduction des actions mécaniques

L'immobilisation ininterrompue de la totalité du tissu et de toutes ses parties les plus fragiles durant l'intégralité du traitement contribue considérablement à la réduction de toutes les actions mécaniques potentiellement dommageables.

D'autre part, en nettoyant la totalité du tissu en même temps en un seul cycle ininterrompu, il est possible d'utiliser des forces d'aspiration et d'impact de l'aérosol sur le tissu extrêmement faibles tout en étant constantes et très progressives.

Par contre, dans un système de nettoyage séquentiel par balayage par exemple, pour une même durée totale de traitement, le tissu devra être soumis à des pressions d'aspiration et d'impact de l'élément liquide beaucoup plus élevées parce que la durée de traitement par unité de surface est en fait extrêmement réduite (moins de un pour cent par rapport au système d'aspiration d'aérosol). De plus, le tissu est soumis à des variations de pressions continues et peu progressives à chaque opération de balayage.

Il est difficile d'imaginer traitement plus doux et progressif que celui obtenu par un nuage d'aérosol qui traverse par aspiration toute la surface d'un tissu en même temps

3 Maîtrise des risques de rétrécissements inégaux et de déformations et la remise en forme du tissu

La plupart des tapisseries à nettoyer comportent des tissus de consolidation ou des interventions multiples à l'aide de matériaux plus récents. Tous ces matériaux rétrécissent à l'eau de façon divergente en soumettant le tissu original à des tractions et à des déformations dommageables. Comme nous avons pu le vérifier durant plus de 15 années, seule une aspiration ininterrompue sur la totalité du tissu en même temps permet d'éviter les rétrécissements inégaux et les déformations indésirables qui s'ensuivent.

Bien plus, l'aspiration ininterrompue a pour autre propriété remarquable de permettre la remise en forme de tissus ayant subi des déformations antérieures. La remise en forme et l'immobilisation du tissu se réalisent par aspiration à l'état sec, avant le début du nettoyage. Cette dernière opération ainsi que le séchage permettent de retrouver et de pérenniser en grande partie la configuration originale du tissu ancien.

4 Durée totale de traitement exceptionnellement courte – 6 heures seulement

Grâce à l'aspiration ininterrompue sur la totalité du tissu en même temps, le séchage complet à 30° d'une tapisserie de 45 m² est obtenu en deux heures. En tenant compte d'une durée moyenne de nettoyage d'une heure et d'un rinçage de 2,5 heures, la totalité du traitement de nettoyage réclame donc moins de 6 heures. Tout risque d'hydrolyse des fibres fragiles est de ce fait écarté et la totalité du traitement reste sous contrôle permanent au cours d'une journée normale de travail.

5 Sécurité et fiabilité inégalées

Toute une batterie de moyens de contrôle a été mise en place pour optimiser le suivi et le contrôle rigoureux de toutes les phases du traitement de nettoyage (prélèvement automatique d'échantillons des eaux utilisées et des eaux extraites; analyse automatique de la température, du pH, de la conductivité; présentation en graphique de ces paramètres par ordinateur avec affichage des minima, maxima et delta; caméra mobile à haute définition avec zoom disposée en close-up).

L'expérience accumulée par le nettoyage sans incidents de plus de 2 000 tapisseries durant plus de quinze années permettent à la Manufacture royale De Wit d'offrir à ses clients une sécurité et une fiabilité inégalées.

3 La méthode de conservation de la Manufacture royale De Wit

La méthode :

Avant toute intervention sur une lacune, les zones fragiles avoisinantes sont stabilisées sur des tissus en lin à l'aide d'un réseau de grandes et de petites lignes verticales de consolidation.

Les grandes lignes mesurent 45 cm, elles sont placées en quinconce et espacées l'une de l'autre dans les deux directions de 15cm. Leurs points de fixations sont espacés de 1.5 cm. Les petites lignes de fixation mesurent environ 6 cm, elles sont placées de façon identique et espacées l'une de l'autre d'environ 3 à 4 cm. Suivant la finesse du tissage, chaque petite ligne prend appui sur un fil de chaine sur deux ou trois.

Ces deux réseaux transfèrent les tractions des zones faibles aux zones fortes avoisinantes et assurent ainsi la stabilisation du tissu ancien et sa cohésion mécanique. Tous ces points de fixation sont totalement invisibles sur la face avant du tissu.

Dans une seconde phase, dans la lacune elle-même, les fils de chaîne dénudés sont stabilisés par un réseau de points de fixation en biais qui suivent la torsion des fils de chaîne originaux. De cette façon un tout mécaniquement stable et cohérent est réalisé. Ces points de fixation en biais sont soit invisibles (même couleur que la chaîne dénudée), soit délibérément visibles (de la même couleur que la trame manquante) selon le choix du commanditaire.

Cette méthode de conservation se base en grande partie sur celle mise au point par l'IRPA (Institut Royal du Patrimoine Artistique), Bruxelles.

Les avantages comparatifs :

1 Une méthode plus logique et cohérente

Les méthodes d'intervention de la Manufacture royale De Wit donnent la priorité non pas au traitement des lacunes elles-mêmes, qui sont des zones où des matières originales sont irrémédiablement perdues, mais à la stabilisation de leur environnement, là où des matières originales en situation critique peuvent encore être sauvées. Cette approche est aux antipodes des méthodes de « repiquage » traditionnelles qui se focalisent sur le traitement des lacunes aux dépens des zones périphériques menacées et négligent ainsi les problèmes cruciaux de transfert des tractions dommageables.

2 Une méthode plus claire et lisible

Toute intervention de conservation effectuée par la Manufacture royale De Wit est toujours reconnaissable et identifiable par un tiers non spécialisé. Elle est tout d'abord reconnaissable sur le revers du tissu du fait que toute intervention est toujours réalisée sur un tissu de consolidation sur lequel les interventions se manifestent immédiatement. Toutes les interventions dans les lacunes elles mêmes sont reconnaissables également sur la face avant du tissu, étant donné que les consolidations sont exécutées par des points différents des points de tissage originaux, tout en étant invisibles à distance normale de lecture.

3 Une méthode plus réversible

Tous nos points de fixation sont espacés l'un de l'autre d'une façon régulière et systématique en minimisant les croisements et en optimisant ainsi la réversibilité des interventions. Un examen comparatif des revers de tapisseries traitées par la Manufacture royale De Wit ne pourra que mieux convaincre tout conservateur ou amateur d'art attentif.

4. Une méthode plus en symbiose avec la structure spécifique du tissu « tapisserie de lice »

Deux méthodes sont utilisées pour la conservation de tapisseries :

  • - la méthode que nous venons d'expliquer et
  • - la méthode de fixation à l'aide de « points de Boulogne » ou « points de restauration ».

Cette dernière méthode a été mise au point pour la conservation des textiles en général et elle est également utilisée en conservation de tapisserie et ce particulièrement en France.

Cette méthode est identique pour le traitement des zones lacunaires ou des zones avoisinantes à stabiliser. Pour stabiliser ces zones on utilise un fil d'une même couleur. Ce fil reste visible et ce particulièrement lorsqu'il passe au dessus de zones de couleurs différentes.

Par contre, dans la méthode décrite supra, le traitement est différencié : d'une part, les zones fragiles avoisinant les lacunes bénéficient d'un traitement de fixation entièrement invisible. D'autre part, les zones lacunaires elles mêmes bénéficient soit d'une fixation invisible, de la même couleur que la chaîne dénudée, soit d'une fixation délibérément visible en accord avec la couleur des trames perdues. Ensuite, ces chaînes dénudées sont soutenues par des points de fixation qui suivent la torsion du fil ancien et ainsi le supportent selon nous mieux et sur une plus longue distance. Cette méthode permet également une éventuelle intervention postérieure d'intégration visuelle, celle-ci étant peu compatible avec la méthode des points de Boulogne. Enfin, nous considérons que cette technique est plus en symbiose avec la structure spécifique et originale du tissu « tapisserie de lice ».

Pour ces différentes raisons, la Manufacture royale De Wit, et ses principaux clients, préfèrent en général utiliser cette dernière méthode. Toutefois, nous utilisons également la méthode des points de Boulogne, mais en préférant la réserver pour le traitement de problèmes particuliers, comme par exemple la stabilisation de ciels en soie fort endommagés. Dans certains cas particuliers en effet, nous considérons cette technique, utilisée de façon systématique et régulière, comme étant la plus appropriée.

La Manufacture royale De Wit, en offrant, la possibilité d'utiliser les deux méthodes et laisse ainsi la porte ouverte à une éventuelle intervention d'intégration visuelle.

4 La méthode d'intégration visuelle de la Manufacture royale De Wit

La méthode :

L'intégration visuelle des lacunes n'est effectuée à la Manufacture royale De Wit qu'après achèvement complet de la phase de consolidation mécanique du tissu. Elle se réalise en n'interférant en aucune façon avec le travail de conservation réalisé auparavant.

L'intégration visuelle se réalise d'une part en déposant des fils de chaîne dans les parties lacunaires à la place des chaînes perdues. Ces fils sont stabilisés sur les tissus de fixation à l'aide de points de fixation en biais sans jamais s'immiscer dans les parties originales du tissu ancien. Elle se réalise également –mais pas forcément- en introduisant des trames de laine ou de soie colorée entre les fils de chaîne dénudés préalablement stabilisés. Ces trames sont volontairement espacées. Ces trames sont fixées sur le tissu de consolidation au début et à la fin de chaque demi-duite.

Les avantages comparatifs :

1 Lisibilité du traitement esthétique

Le traitement d'intégration visuelle de la Manufacture royale De Wit est toujours considéré comme une option facultative, matériellement indépendante des interventions de conservation. La lisibilité de ces interventions d'intégration visuelle est accrue par le fait que les trames utilisées à cet effet sont délibérément espacées, rendant ce traitement toujours reconnaissable à courte distance tout en l'estompant à distance normale de lecture. Cette approche se distingue nettement des traitements habituels de conservation/restauration, où la même intervention, le même fil assure de façon indissociable la fonction de stabilisation mécanique et la fonction d'intégration esthétique.

2 Double réversibilité

En distinguant au niveau technique les deux aspects fondamentaux de la conservation, l'aspect mécanique et l'aspect esthétique, les interventions d'intégration esthétique et de conservation deviennent réversibles de façon indépendante. Toute la méthodologie des interventions s'en trouve modifiée : on pérennise les interventions de stabilisation, neutres esthétiquement, et on facilite la réversibilité des interventions esthétiques, inévitablement sujettes à interprétations différentes suivant le contexte temporel et/ou culturel.

3 Un meilleur respect de la structure originale du tissu « tapisserie de lice »

Les interventions d'intégration visuelle se font à l'aide de techniques respectant la structure spécifique et originale du tissu « tapisserie de lice », donc à l'aide de chaînes et de trames. L'introduction de nouvelles chaînes dans les zones lacunaire est particulièrement performante an niveau visuel car elle restaure la continuité de la structure originale du tissu ancien sans ajout d'éléments de dessin. L'introduction facultative de nouvelles trames espacés achèvera ou non, selon les désirs des conservateurs responsables, l'intégration visuelle et la lisibilité de l'œuvre.

Par rapport à des méthodes utilisant des toiles peintes fixés au revers des zones lacunaires par exemple, les méthodes décrites supra réalisent une intégration visuelle infiniment plus fidèle et plus respectueuse de la structure originale du tissu et de son impact visuel. Elle est également plus réversible, la toile peinte ayant en effet une double fonction, technique de support d'une part et une esthétique d'intégration visuelle d'autre part alors que ces deux fonctions sont totalement indépendantes dans la technique décrite supra. Dans le premier cas, tout regret esthétique entraînera nécessairement un démontage de la structure portante…

 

5 Le système de doublage de la Manufacture royale De Wit

La méthode :

Sur une très grande table spécialement conçue pour cette opération, la doublure est mise à plat et la tapisserie, faisant donc face au restaurateur, est déroulée par-dessus. L'ensemble est ensuite glissé par-dessus un système de fentes au travers desquelles la fixation tapisserie/doublure peut être réalisée par le restaurateur d'une façon précise, efficace et contrôlée.

Les avantages comparatifs :

1 Une plus grande efficacité grâce à une densité bien supérieure des points de fixation

Indépendamment de la méthodologie, l'efficacité d'une doublure est aussi fonction directe du nombre des points de fixation. Une doublure de la Manufacture royale De Wit compte plus de 300 points de fixation par m² alors qu'en France par exemple, ainsi que dans d'autres pays, elle est de l'ordre de 130 points par m² ou parfois même inférieure.

2 Un matériau de plus grande qualité

La Manufacture royale De Wit utilise exclusivement un lin pur de très haute qualité (une spécialité belge). Il est très fin (24/24 fils/cm), extrêmement résistant et offre une bonne résistance au passage de l'air. Il est lavé à deux reprises à 90° et est teint ensuite dans une couleur (ocre), ce qui diminue encore son potentiel résiduel de rétrécissement.

3 Une méthode de fixation nettement plus précise, efficace et inoffensive pour le tissu ancien

Dans un doublage classique, le restaurateur fait face à la doublure sans aucun contrôle visuel sur l'efficacité, l'innocuité et le caractère invisible de ses interventions. Il est aussi contraint d'utiliser des aiguilles courbes. A la Manufacture royale De Wit, grâce à l'infrastructure décrite, la tapisserie est disposée face au restaurateur durant toute l'opération de doublage. Pour chaque point de fixation, le restaurateur est alors en mesure, à l'aide d'une fine aiguille droite, de ne prendre appui avec précision que sur un seul fil de chaîne, l'élément fort du tissu ancien, et de la glisser de façon invisible entre deux fils de trame. Enfin, il peut vérifier que chaque point de fixation prend bien appui dans un élément sain de la tapisserie et donc optimiser sa fixation tout en préservant au maximum les zones fragiles du tissu ancien.

6 Le procédé d'accrochage et de soulèvement de la Manufacture royale De Wit

La méthode :

La tapisserie est soulevée d'une pièce à l'aide d'un système de cordes, d'un système de blocage automatique des cordes et enfin d'un système de planches spéciales dans lesquelles sont intégrées des poulies d'égalisation et de réduction de traction. Ce système est invisible lorsque la tapisserie est pendue. Il est breveté.

Les avantages comparatifs :

1 Sécurité de la tapisserie lors de son soulèvement ou de son décrochage

Grâce à ce système, le soulèvement et le décrochage de tapisseries de plus de 10 m de long s'opère d'une pièce ; l'opération est effectuée par deux personnes seulement, sans effort particulier, la planche d'accrochage restant bien verticale et ne pliant pas. Dans ces conditions, la tapisserie reste parfaitement plate et ne souffre donc d'aucune traction inégale, sa sécurité et sa préservation étant optimales.

2 Sécurité des manipulateurs lors du soulèvement ou du décrochage de la tapisserie

Durant le soulèvement ou le décrochage, les opérateurs se placent à une certaine distance de la tapisserie et sont donc à l'abri d'une chute accidentelle de la planche de suspension provoquée par une rupture des fixations murales. Ceci est d'autant plus important que dans de nombreux bâtiments historiques, on ne peut pas toujours garantir une fixation murale à l'abri de toute surprise.

3 Meilleure préservation à long terme du tissu ancien

Dans ce système, le velcro d'accrochage est cousu à côté du tissu ancien sur une extension de la doublure d'environ 15 cm. Cette procédure originale :

- supprime l'influence néfaste à long terme des bandes velcro acides sur le tissu ancien ;

- évite la formation de plis lors de l'enroulement de tapisseries de grand format. Les surépaisseurs de bandes velcro, qui par accumulation entraînent souvent la formation de plis néfastes lors de l'enroulement, sont ici supprimées puisqu'elles sont disposées à côté du tissu ancien ;

- permet à l'avenir un remplacement plus aisé des bandes velcro fatiguées ou leur remplacement futur par un système plus approprié.

4 Système existant en deux variantes

Dans une des variantes, le système de blocage de cordes doit être fixé dans le mur à environ 2 m de haut. Dans l'autre, le système de blocage ne nécessite aucune fixation murale et seule une fixation au niveau du sommet de la tapisserie est nécessaire :

- dans les deux cas, tous les éléments du système de soulèvement sont invisibles ;

- dans les deux cas un décrochage d'urgence est aisé et quasi immédiat.

7 Le procédé de stockage pour tissus sur rouleaux en acier galvanisé de la Manufacture royale De Wit

La méthode :

Le rouleau est composé d'une feuille d'acier galvanisé. A ses deux extrémités, le rouleau est muni de bouchons de renfort dans le même métal. Le corps du rouleau est pourvu d'un manteau en mousse de polyéthylène découpé de façon à ce que le système de suspension (velcro par exemple) puisse être placé à côté du manteau de mousse. Ce système est breveté et a servi à l'aménagement des réserves des châteaux de Chambord (75 tapisserie) et Angers (120 tapisseries) .

Les avantages comparatifs :

1 Un matériau neutre, inerte, stable dans le temps et ininflammable

Du fait de sa très haute résistance à la corrosion, l'acier galvanisé est utilisé dans de multiples domaines et dans les pires conditions climatiques (canalisations, éléments piétonniers, pontons de mer en eau salée, ancres, etc.). Le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques de France a donné son entier accord à son utilisation pour la fabrication de rouleaux de stockage à très long terme de tissus anciens.

2 Un matériau autoportant et très résistant à la flexion

A titre d'exemple, sur les tapisseries de la tenture de « L'Histoire de David et Bethsabée » (de 40 m² environ), après les secousses occasionnées par deux transports en camion, nous avons noté une flexion dérisoire de 5 mm sur des rouleaux de 5,30 m de long, soutenus uniquement à leurs extrémités.

3 Un matériau léger et aisément manipulable

A titre d'exemple, un rouleau complet de grand diamètre (25 cm) et de 5,25 m de long pèse 26 kg, soit 13 kg par porteur.

4 Un rouleau pourvu d'une enveloppe neutre en mousse de polyéthylène

Ce mousse est disposé de façon à ce que les systèmes d'accrochage (velcro ou autres) puissent être enroulés à côté du mousse de polyéthylène. De cette façon, l'on évite la formation de plis occasionnés par l'accumulation des surépaisseurs des velcros (ou de tout autre système d'accrochage) lors de l'enroulement de tapisseries de grandes dimensions.

8 Les autres infrastructures techniques de la Manufacture royale De Wit

La Manufacture royale De Wit prend en charge tous les aspects relatifs au traitement des tapisseries. Elle dispose à cet effet d'une infrastructure technique inégalée : salles séparées pour le dépoussiérage, le nettoyage à l'eau, la décontamination, la conservation, le doublage, la teinture, le stockage de sécurité, la photographie, l'analyse scientifique, disposant chacune de l'équipement le plus avancé.

8.1 Salle indépendante pour le dépoussiérage des tapisseries avant nettoyage

Avant leur nettoyage, les tapisseries sont traitées dans une salle séparée, affectée uniquement au traitement des tapisseries sales. Cette séparation empêche toute contamination des tapisseries propres. La salle de dépoussiérage dispose d'une table de traitement de plus de 5 m de long conçue spécialement pour le dépoussiérage des tapisseries sales et l'enlèvement des doublures. En outre, la table est en verre rétro-éclairé pour un meilleur contrôle du tissu par transparence. Grâce à cette infrastructure, le tissu n'est jamais plié et reste parfaitement plat durant toutes les opérations. La salle est équipée d'un système d'aspiration dont l'unité centrale est située à l'extérieur de la pièce, assurant ainsi l'évacuation immédiate de la saleté hors des zones de traitement. Les tuyaux et brosses d'aspiration sont suspendus au dessus de la table pour une manipulation plus aisée, sans frottement sur le textile ancien. La force d'aspiration est réglable de manière fine et est contrôlée par un dépressiomètre. Pendant et après le dépoussiérage, les tapisseries sont manipulées exclusivement sur des rouleaux en aluminium.

8.2 Salle de décontamination

La Manufacture royale De Wit, dispose dans ses caves d'une zone de décontamination.

La décontamination s'effectue par congélation dans un congélateur de grande capacité.

8.3 Salle de teinture indépendante

Tous les matériaux utilisés dans le traitement des tapisseries sont spécialement teints dans notre salle de teinture : les soies, les laines, les tissus de consolidation en lin et les doublures en lin.

A cet effet, la Manufacture royale De Wit dispose d'une machine de teinture dont tous les paramètres sont programmables par ordinateur. Cette machine professionnelle garantit une qualité constante du traitement des matières premières. Les colorants sont exclusivement des colorants à haute résistance à la lumière utilisés en trichromie.

La disponibilité d'un laboratoire de teinture autonome et spécialisé est aujourd'hui la seule solution permettant d'offrir à nos clients une garantie de qualité sur le long terme. En effet, le secteur professionnel de la teinture textile est aujourd'hui beaucoup trop axé sur le court ou le moyen terme pour être encore à même d'offrir les garanties de qualité à long terme que nous jugeons indispensables.

8.4 Grande salle de traitement de conservation des tapisseries

Dans cette salle de 220 m², dix métiers de 9 à 3 m de large sont disponibles.

Tous les métiers sont identiques (sauf celui de 9 m) et conçus selon les normes les plus rigoureuses (réglages en hauteur et en inclinaison, surfaces de travail très larges, éclairage mobile en lumière du jour ou en lumière « jaune »…)..

8.5 Salle de coffre-fort

La salle de stockage des tapisseries est une chambre forte aux murs blindés. La porte d'accès est une porte de coffre-fort de 480 kg. Cette salle contient 95 rouleaux en aluminium pour le stockage de tapisseries. Notre salle de coffre-fort a servi de modèle pour la réalisation des salles de la réserve de tapisseries de la cathédrale de Strasbourg et de la collection des Monuments Historiques au Château de Chambord (75 tapisseries).

8.6 Salle indépendante de stockage des matériaux et des caisses de transport

Un magasin de 80 m² comportant 60 m de rayonnages assure la conservation des milliers de couleurs que nous avons en réserve. Une zone particulière est prévue pour l'entreposage des caisses spécialement conçues pour le transport de tapisseries.

8.7 Salle de prises de photos

Une salle de 8,6 x 12 m aux murs complètement recouverts de tentures noires offre des conditions idéales pour les prises de vue photographiques des tapisseries. Haute de 5 m, la salle dispose d'une ouverture au plafond pour effectuer des prises de vue des tapisseries non doublées et mises à plat avant traitement de conservation (face et revers). Les prises de vues peuvent être réalisées en grand format Ektachrome 20 x 25 cm, au format 6 x 7 cm et en 24 x 36 mm (focales classiques et macro, en analogique ou en numérique).

Après avoir publié quelques ouvrages de référence sur la tapisserie, la Manufacture royale De Wit a acquis une expérience incontestée dans la réalisation de photos de tapisseries de grande qualité.

8.8 Centre de documentation informatisé

Yvan Maes De Wit est membre de la Chambre Belge des experts en œuvres d'art, spécialité tapisseries. Ses assistants An Volckaert et Paul Michielssen, licenciés en histoire de l'art, sont également spécialisés en tapisseries.

Pour ses recherches iconographiques et historiques, la Manufacture royale De Wit dispose d'une bibliothèque spécialisée et d'une banque de données informatisée. Dans cette dernière, toutes les images sont numérisées, décrites et répertoriées par ordinateur suivant de multiples clés de recherche. Plus de 14 000 tapisseries sont recensées dans la banque de données.

8.9 Sécurité générale

Les salles décrites ci-dessus sont toutes pourvues de systèmes de détection anti-incendie, de caméras de surveillance et de détection d'intrusion raccordés à une centrale de surveillance. Le bâtiment, datant de 1484 et restauré récemment, est compartimenté contre le feu. Un gardien loge sur place. Un mur d'enceinte de 4,5 m de haut clôture le bâtiment. Le bâtiment et l'installation de sécurité sont agréés par les compagnies d'assurance les plus exigeantes.